dimanche 9 juin 2013

Prolongation

Et oui, nous ne sommes pas encore arrives, loin s'en faut ! Hier soir, apres une longue attente dans le Grand Russell, nous avons finalement contourne Serk et embouque l'infame "Raz Blanchard" avec vent sur le nez et courant dans le culd. Rapidement, le vent est retombe au point que nous avons du remettre le moteur.
Dans le Rax Blanchard, alors que nous pensions etre sortis d'affaire, nous sommes tombes dans un violent chaudron, avec une mer courte mais des deferlantes de 4 metres. Le bateau evidemment dansait une gigue d'enfer, et je savais qu'a un moment ou un autre, cette valse allait provoquer un probleme de carburant, soit des filtres carrement encrasses,  soit un morceau d'algue ou autre bloquant l'aspiration de l'alimentation en carburant. Et c'est ce qui est arrive. Heureusement, avant le depart de Norfolk, Mike avait installe un systeme embarque de nettoyage du carburant  avec un dispositif permettant d'utiliser la pompe pour forcer l'alimentation du moteur. Je l'aie mise en route et nous avons pu redemarrer le moteur en ne depassant pas 1500 tours. A ce point, le vent est sur le nez faiblissant et je me mets a imaginer le pire, pas de moteur, pas de vent, pas d'endroit pour mouiller, et le courant se renversant et nous repoussant a l'ouest. Fort heureusement, pendant que nous gardons les yeux fixes sur la distance restante d'ici le fuel dock, nous y sommes arrives vers minuit, humides, mouilles, tremblotant mais en securite, Nous savons egalement qu'il y a un avis de coup de vent frais pour Samedi et que nous ne pourrons repartir que Dimanche.
Le Samedi, j'aie pu plonger dans le comparrtiment moteur, decouvrir que la vanne d'alimentation d'une des lignes (1/2 pouce) etait a moitie fermee et que l'autre ligne (1/4 pouce) etait bloquee. Nous avons pu changer les filtres, debloquer la ligne, completer le fuel et deplacer le bateau vers un ponton "normal", avec eau et electicite. Comme prevu, le transformateur 220/110 n'a pas survecu a son vol et sa chute, et le seul moyen de gagner 2 ou 3 degres a l'interieur du bateau est de faire tourner le moteur pour que l'alternateur puisse compenser l'utlisitation d'un petit radiateur electrique de 1000 watts.
Nous devons repartir aujourd'hui a 19:00, qui est le plus tot que nous puissions faire compte tenu des courants de maree. Nous serons donc en retard pour embouquer la Seine et n'arriverons sans doute pas avant 7 ou 8 heures du soir a Rouen.
Il y aura donc un autre blog.

Le Bouquet Final

Papy Jovial tient a ce que cette traversee soit memorable et se termine de facon grandiose.
Tout d'abord, hier soir, nous avons eu droit a un orage particulierement violent qui nous a amene a nous mettre a la cape sous deux ris et un foc reduit pendant deux heures. Puis nous avons pu remettre en route, d'abord a la voile, puis au moteur.
Pendant que nous etions au moteur, Jean-Paul a vu la vitesse chuter de 5 a 2 noeuds, apparemment sans raison. Il s'est retourne pour regler la grand voile et a vu que nous remorquions un gros casier de pecheur. Arret, peche de la bouee avec l'ancre du dinghy, et installation du couteau de plongee au bout d'un manche de brosse pour couper le filin.
Remise en route. Nous arrivons devant St Peter de Guernsey a 11h30 du matin, embouquons le grand Russel dans lequel nous mettrons plus de 3 heures pour couvrir 4.5 milles. Nous reussions a sortir du Grand Russel vers les 4 heures et a l'heure qu'il est (5h31) attendons le courant promis pour passer le Raz Blanchard, Avec un peu de chance, nous arriveerons a Cherbourg avant minuit. Adieu le repas au Yacht Club. Ce sera peut etre un verre tardif au bar avant une nuit reparatrice et une journee de nettoyage.
Aujourd'hui a midi, nous etions par 49:26 N et 2:27 W, juste devant St Peter. Il nous reste 44 milles pour atteindre le fuel dock de Cherbourg. Comme nous avons deja parcouru 1639 milles, et qu'il y a 56 milles entre Cherbourg et l'embouchure de la Seine, cela nous fera au minimum une traversee de 1739 milles alors qu'en route directe la distance etait de 1405 milles. Papy Jovial adore bouffer du mille. Il n'y aura sans doute pas de blog demain, mais peut etre un pendant la remontee de la Seine.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 6 juin 2013

Terre !

La tradition veut que le premier a voire la terre au terme d'une traversee a droit a la double de rhum. C'est encore moi qui aie eu ce privilege en voyant le phare des Triagoz a 4h15, heure francaise cet apres midi. Non seulement j'aie eu doit a la double de rhum (La Mauny), mais en plus, comme j'aie une creve carabinee, j'aie droit a un medicament concocte par Jean Paul a base de rhum, de the et de sucre.Donc je suis euphorique pour ecrire ce blog, sauf que mes doigts ontinuent de tomber sur les mauvaises touches.
Nous sommes encore dans lassiveuse jusqu'a demain apres mdii avec l'espoir d'arriver a Cherbourg et d'y faire un arret suffisamment long pour faire lessive, douches, courses, internet, etc . . . .
Donc nous predrons une journee, ce qui n'est pas un tres gros probleme et nous permet d'arriver a Rouen le 9 en fin de journee.
Le probleme est que Rouen n'est pas vraiment une mraina et que nous seront probalement a couple de plusieurs bateaux, incapables de nous connecter a l'electricite et l'eau du ponton. Il est egalement probabe que nous n'aurons pas acces a Internet. La solution est donc de preparer le bateau a Cherbourg, de monter a Rouen pour l'Armada, puis de descendre au Havre pour etre dans une vraie marina.
Je n'aie toujours pas trouve d'aide pour aller du Havre a Cuxhaven, et je dois donc me preparer a faire ce trajet en solo, et donc d'y passer pratiquement 15 jours. Cela va reduire d'autant mon sejour en Baltique.
A midi aujourd'hui, nous etions par 49:02.1 N et 04:07.8 W avec 160 milles a courir en zig zags pour atteindre Cherbourg.Cela implique une arrivee Cherbourg sans doute en fin d'apres mdii. Je ne m'attends pas a avoir beaucoup de services disponibles a Rouen en matiere de Connection Internet, lessive, douches ni meme la possibiite de me brancher sur le courant et l'eau de terre car nous serons sans doute a couple d'un certain nombre d'autres bateaux.
Je penses donc a redescendre sur le Havre des que possible.
Je sais qu'un certaian nombre de gens lisent ce blog chaque jour et en particulier les copains de l'Escale a Regneville. Demain sera sans doute le dernier jour avant de tirer le rideau et de passer a la prochaine aventure en Baltique. Merci a tous et a bientot.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mercredi 5 juin 2013

La recre est finie

Ce matin a 9 heures, le vent est tombe suffisamment pour que l'on puisse faire du moteur sur la route directe. Immediatement, panneaux et hublots ouverts, et nettoyage du bateau, meme sommaire. Mais cela n'a dure que six heures, suffisamment pour prendre le dejeuner a table avec couverts et verres.
A 3 heures de l'apres midi, le vent est remonte a 15 noeuds et nous sommes retournes dans la lessiveuse.
Inutile de se repeter, Et nous ne sommes qu'a moins de 10 milles de Ouessant. Ce maudit nord est ne va pas nous lacher jusqu'a l'arrivee.
A midi nous etions par 48:12 N et 5:46 W a 194 milles du fuel dock de Cherbourg. Nous pensons toujours, malgre ce nord est, que nous pouvons arriver a Rouen le 9, au plus tard le 10.
Nous commencons tous les trois a etre fatigues nerveusement de voir la date d'arrivee s'eloigner un peu chaque jour.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mardi 4 juin 2013

Ca voloe aussi . . .

Et bien nous revoila dans la lessiveuse depuis hier apres midi. Les mouvements sont tellement violents, que le bateau a reussi a lancer en l'air le transformateur 240/110 qui pese plus qu'un cheval mort, qui loge depuis Mars 2010 en Australie au sommet d'une armoire en face des toilettes avant. Une fois le transformateur en l'air, le bateau s'est derobe de cote et le transformateur est alle pulveriser la poignee de la porte des toilettes avant de s'ecraser avec un enorme BANG !!! qui m' a fait penser qu'on venait de peter un hauban.
Il est fort probable que l'appareil n'aie pas bien survecu a cet incident mais nous ne le saurons qu'au moment de connecter au courant de terre. S'il ne marche pas, il va me falloir trouver de toute urgence un transformateru allant de 240 a 110 volts, car sans courant de terre, pas de chauffage et pas d'eau chaude a moins de faire tourner le moteur. Donc nous apprehendons un peu de savoir si ce transformateur a survecu.
Ce matin, nous avons traverse une zone de peche au large de l'ile de Sein. L'eau etait toute verte dans une mer assez forte et pas mal de deferlantes car les fonds etaient remontes a 200 metres. Superbe paysage de carte postale, Mais nous nous passerions bien de l'incomfort
A midi, nous etions apr 47:54 N et 7:22 W, a 322 milles en route directe de l'embouchure de la Seine. En 24 heures, nous avons progresse seulement de 79 milles vers notre destination, tout en ayant parcouru 134 milles sur le fond. Comme je le disais hier, ce sont les joies du louvoyage.
Il est toujouts possible que nous arrivions a l'embouchure de la Seine le 8, et donc a Rouen le 9. Nous n'aurons que les 10 heures de remontee pour tenter de rendre le bateau habitable, car nous aurons des hotes arrivant le 10 puis le 11. Tout le bateau est humide, les draps serviettes ect, sont mouillees au toucher et ces deux semaines a etre secoues dans le bateau ne nous permettent pas de faire du rangement ou du nettoyage dans de bonnes conditions et encore moins de faire secher du linge.
Nous allons enormement apprecier le comfort de l'escale, douches, lessives, bateau immobile et meme peut etre suffisamment chaud.
----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

lundi 3 juin 2013

Les Zig Zags

Ou plutot, le louvoyage. Il n'est pas toujours evident pour tout le monde qu'un voilier ne peut pas avancer directement contre le vent. Il lui faut creeer le meme phenomene qui fait voler un avion, et attaquer le vent avec un angle suffisant pour creer un effet d'aspiration devant les voiles, car les molecules d'air doivent aller plus vite derriere la voile que devant. Plus cet angle est grand, plus on perd de temps et plus on doit couvrir de distance. La perte de temps (ou de distance) est directement proportionnelle au cosinus de l'angle entre la direction du vent et la direction dans lequel va le bateau. Par exemple, si le bateau navigue dans une direction a 60 degres du vent, le cosinus de 60 etant 0.5, il faudra au bateau parcourir deux fois la distance pour aller de A a B.
Avec le reglage que j'aie toujours utilise sur Papy Jovial, cet angle justement etait de 60 degres, et donc je faisais 1000 milles pour en parcourir 500. Et puis Zorro, non pardon, Jean-Paul est arrive, et au lieu de faire passer les ecoutes de genois a l'exterieur des haubans, il les a fait passer a l'interieur des haubans et a l'exterieur des bas haubans, et l'angle est devenu 50, dont le cosinus est de 0.6428 soit une augmentation de la vitesse de progression de 29 %. C'est toute la difference entre les regatiers et ceux qui font de la croisiere, et visiblement ces derniers ont tout a gagner a s'inspirer et apprendre des premiers. Dans cette deuxieme etape entre Horta et Rouen, nous faisons du louvoyage depuis le 1er Juin et cette amelioration de notre progression va se traduire pas une economie de temps significative et une arrivee a Rouen moins tardive qu'elle ne l'aurait ete.
A midi aujour'hui, nous etions par 47:49 N et 0:13 W, a 389 milles en route directe du Havre et 180 milles de Camaret. Nous pensons arriver au large de l'Aber Wrach le 5 dans l'apres midi et au Havre vers le 8 dans l'apres midi. La nuit derniere, il a fait tres froid et nous etions de nouveau dans la lessiveuse, ce qui rend le repos tres aleatoire. Aujourd'hui, il fait tres beau, soleil ciel bleu et une mer quelque peu calmee.
Nous sommes tombes en panne de creme de cassis, donc plus de Kir, mais nous avons toujours suffisamment de Ricard et de Rhum La Mauny. Donc, la vie est belle !



----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

dimanche 2 juin 2013

contre vents et marees

De nouveau, tout est change. Un petit anticyclone s'est installe a l'entree de la Manche pour nous boucher le passage. Quand on regarde la carte meteo et notre posiition, la tentation est forte de faire du nord pour ensuite faire route sur l'Aber Wrach. Malheureusement, d'ici que l'on arrive a une position favorable, le vent aura change et sera dans notre nez, trop fort pour faire du moteur. La seule option qui nous paraisse realisable, serait de continuer en faisant 5 noeuds au 110, puis de virer tard dans la soiree quand le vent va refuser et passer du 45 au 70 et de se retrouver dans une adonnante qui nous amenerait a Camaret en fin de matinee le 5. Si la chance et la meteo nous sourit, nous pourrions etre en mesure d'embouquer le chenal du Four au moment ou les courants s'etablissent vers le nord, a 11 heures du matin le 5, heure francaise. Si nous ratons ce train la, nous devrons attendre la maree suivant 11 heures 30 plus tard. Il y a 240 milles en route directe de Camaret au Havre, et nous savons que nous ne pourrons pas faire de route directe avec une prevision de vent de nord est sur toute la duree.
L'arrrivee a Rouen semble vouloir s'etablir entre le 9 et le 11 Juin. Nous sommes bien partis pour battre tous les records de lenteur sur cette traversee.
Heureusement toujours pas de problemes d'approvisionnement, que ce soit en eau ou en nourriture. Il faut simplement s'armer de patience et accepter que c'est dame Nature qui est aux commandes.
Les conditions restent ideales pour faire de la voile. Ciel bleu, mer plate et vent de 15 noeuds apparents, en gros 10 noeuds reels.
A mdidi, nous etions a 46:59 N et 10:48 W. Noua avions parcouru 104 milles pour la journee, avec le Havre a 470 milles en route directe, ce qui est un chiffre totalement illusoire.

----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

samedi 1 juin 2013

Ca se complique !

Foin de la calculette ! Jean-Paul et moi passons beaucoup de temps a discuter les tactiques possibles, en se basant sur differents modeles meteo, pour nous arreter au modele GFS, qui nous parait plus vraisemblable. Mais dans tous les cas de figure, l'histoire n'est pas rose. Pour l'instant, nous avons decide, apres avoir verifie avec une jauge la quantite de gasoil disponible (295 litres) de faire route au moteur avec un cap plus au nord de 10 degres que la route directe. Apres 24 heures, nous serons sans doute pousses a faire un peu plus de nord, meme chose le lendemain, puis le 4 nous devrions pouvoir virer de bord et faire voile, ou voile et moteur, soit sur l'Aber Wrach, soit sur Camaret. Nous ne pensons meme plus a Rouen, juste a rester en condition de faire de la route. Pour l'instant, nous avons du vent sur le nez, mais seulement 7 a 8 noeuds, et nous sommes a 1800 tours minutes et faisons 4.5 noeuds. Nos magnifiques plans sont susceptible de changer au fur et a mesure que la situation evolue et que le vent s'avere ou non conforme aux previsions du modele GFS.
Il fait beau, avec beaucoup de bleu dans le ciel et un peu moins froid que la nuit derniere.
Aujourd'hui, c'tait l'anniversaire de Jean-Paul, mais nous n'avons plus de Champagne. Nous avons fete avec des petits biscuits, et bien sur, ce soir ce sera un bon Ricard.
A midi, nous etions par 46:41 N et 13:07 W. Nous avons parcouru 120 milles pour la journee, 902 depuis le depart de Horta. Comme nous ne savons plus quelle est notre prochaine destination, nous etions a 562 milles en ligne directe de l'embouchure de la Seine.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

vendredi 31 mai 2013

Faites chauffer la calculette

Depuis hier, la hantise de tomber en panne de vent et en panne de carburant me fqit vivre avec la calculette dans ma poche. Tout d'abord, j'aie constate que de St Martin a Horta, en ne tournant presque jamais a plus de 1800 tour/minutes, nous avons consomme 152.5 litres pour 62 heures de moteur, soient environ 2.46 litres de l'heure. Nous sommes partis de Horta avec 310 litres de carburant et nous constatons qu'a 1200 tours, avec moins de 6 noeuds de vent mais voiles pleines, nous faisons 4 noeuds.
La nuit derniere, alors que nous etions au moteur, je me suis donc penche a nouveau sur la carte et j'aie constate que nous avions de tres bonnes chances d'arriver a Camaret au moteur, avec juste une douzaine d'heures de voile. Donc, changement de direction, mais pas tout a fait. Nous faisons maintenant route sur Camaret, mais nous n'avons pas l'intention d'y aller. Mais comme ce n'est pas un grand changement de cap, des que nous aurons assez de fuel pour arriver a Cherbourg, ou meme St Peter de Guernesey qui est un peu avant Cherbourg, ce sera notre nouvelle destination. Pour l'instant, nous avons utilise le moteur pendant 20 heures, et donc nous estimons qu'il nous reste environ 118 heures de moteur. A 4 noeuds, nous pouvons donc esperer faire 472 milles.
A 15:44 en TU+1, nous sommes a 460 milles de Camaret, 557 milles de St Peter et 595 milles de Cherbourg. St Peter et Cherbourg etant pratiquement sur la route directe, ce serait notre preference. Il nous faut donc faire au moins 85 milles a la voile pour esperer faire St Peter quoi qu'il arrive.
Ouf ! J'espere que vous vous y retrouvez.
A midi aujourd'hui, nous etions par 46:04.5 N, 15:46.8 W a 476 milles de Camaret. Nous avons un tres leger vent de NW, avec de la brume et les fichiers meteo nous montrent un anti-cyclone en formation dans notre NW, qui semble avoir l'intention de nous barrer la route vers l'entree de la Manche, tout comme l'anti-cyclone des Acores nous avait pratiquement blogue la route vers Horta.
Nous devrions etre fixes demain soir sur notre prochaine escale et notre arrivee a Rouen.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 30 mai 2013

Pierre blanche

Hier j'aie oublie de mentionner le passage des 50,000 milles de Papy Jovial depuis que j'en suis devenu le proprietaire. Pour etre precis, hier a midi le compteur etait a 55015 milles.
La journee d'hier a ete marque par du petit temps, une mer plutot belle avec une longue houle de nord et nous avons fait, pour la journee 136 milles. A midi heure TU+1, nous etions a 778 milles de l'embouchure de la Seine par 45:29.6 N et 18:05.7 W.
Cet apres midi, le vent est tombe en dessous de 6 noeuds et nous appuyons les voiles au moteur. Mais nous savons bien qu'on ne peut pas faire 778 milles au moteur et nous devrons gerer le peu de vent que nous aurons aussi efficacement que possible.
La vie a bord continue son petit train train. Karen n'est pas au mieux avec des petits problemes de sante, et Jean-Paul contribue de plus en plus aux taches cuisine et vaisselle.
Ce matin, nous avons navigue dans la brume et il faisait froid et humide. Cet apres midi, il fait moins froid,mais il n'y a plus de vent. On ne peut pas tout avoir.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mercredi 29 mai 2013

chaud et froid

Enfin, nous avons pu un peu choquer les ecoutes et avancer un peu plus vite et un peu plus comfortablement. Mais nous sommes encore loin du compte, d'autant que les fichiers Grib hous montrent du vent de nord est a partir de notre entree en Manche. Vent leger, mais contraire et nous pensons que nous aurons sans doute besoin de nous arreter a Plymouth pour faire le plein de gasoil et faire route sur l'entree en Seine au moteur.
A midi, en TU+1 , nous etions par 44 N et 20:23 Est, a 909 milles de notre destination. Avec du vent, et si possible portant, cela aurait ete possible, mais pas avec du Nord Est et trois jours de moteur avec la Seine a suivre.
Nous pensons maintenant arriver a l'embouchure de la Seine le 6 Juin au matin et a Rouen le 6 dans la soiree. Il est maintenant temps de contacter les uns et les autres pour nous assurere que nous avons bien une place malgre une arrivee tardive.
Il continue a faire froid, surtout la nuit quand le thermometre descend a 15, ce qui est glacial pour nous.
Avec une allure plus comfortable, nous avons pu rattraper un peu de notre retard de sommeil. Tout le monde va bien et quand je compare avec ce que font les autres bateaux qui se font connaitre sur le Reseau du Capitaine, je crois que nous tirons pas trop mal notre epingle du jeu.
Papy Jovial n'est plus en colere et ne tape plus dans la mer. Et pour l'instant, a part l'ordinateur du bord qui fonctionne mais me donne des soucis a cause du bruit du ventilateur de refroidissement, pas de nouveau bobo a signaler.
Nous sommes maintenant en TU+1 avec seulement une heure de difference avec la France. Je vais attendre un peu pour passer en TU+2 pour avoir du jour a 6 heures du matin.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mardi 28 mai 2013

jour 3

De nouveau, on a bien failli ne plus pouvoir communiquer. Hier, la bateau a tape dans la mer durement, alors que l'ordinateur etait en route, et le ventilateur qui refroidit le processeurn a change de bruit, et j'aie bien cru qui'il allait nous lacher. Je l'aie laisse sans le toucher pendant 24 heures, et ce matin, remise en route sans probleme. Peut etre n'y a-t-il jamais eu de probleme, mais apres tous les petits bobos de la premiere etape, je ne prendrai jamais assez de precaution.
Donc, le premier jour, voile et moteur. Le deuxieme jour, pres serre dans 25 noeuds de vent, on vit dans la lessiveuse et le bateau tape de toutes ses forces dans la mer. Aujourd'hui, presque beau temps au point que nous craignons de perdre le vent.
Pour arriver a l'embouchure de la Seine au 5 a matin, nous devons nous approcher de notre destination de 132 milles par jour. Pas gagne d'avance avec aujourd'hui a midi (heure GMT) 1027 milles a couvrir. Ma seule crainte et que nous tombions en panne de communications, et que, ne nous voyant pas arriver, notre place a Rouen ne soit plus disponible. Et il est trop tot pour pouvoir donner date et heure d'arrivee.
Notre position a midi aujourd'hui etait 42:21.3 N et 22:09.8 W. Depuis Horta, nous avons couvert 409 milles sur le fond, ce qui compte tenu des circonstances est plutot bien.
Nous nous demandons si Papy Jovial ne s'est pas mis en tete de battre le record toutes categtories du plus fort pourcentage de pres serre entre St Martin et Le Havre.
Le bateau ayant un fond tres plat, l'eau de repand dans les differents compartiments lateraux sans pouvoir se concentrer dans un puisard. Et les pompes de cale etant installees dans l'axe du bateau, impossible de pomper.
Il y aura pas mal de sechage a faire a l'arrivee.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

dimanche 26 mai 2013

Deuxieme etape

Apres une escale a la fois trop longue et trop courte, nous avons quitte Horta hier vers 11 heures et la premiere journee a ete plutot bonne. D'abord moteur sous grand voile, puis voile et petit genois, puis nous avons pu stoppe le moteur apres huit heures de fonctionnement. Et depuis, nous sommes au pres serre, en faisant trop d'est a notre gout, mais grosso modo sur la bonne route. Nous craignons beaucoup de faire trop d'est et de nous retrouver comme beaucoup a la Corogne.
A midi aujourd'hui (heure GMT) nous etions par 39:50.6 Nord et 26:51.7 W avec 1287 milles a couvrir jusqu'a l'embouchure de la Seine. Il nous faudrait faire en moyenne 132 milles par jour pour arriver a Rouen le 5 Juin au soir, et cela me parait tres improbable, Plutot le 7 selon toute probabiblite, et si le temps ne nous joue pas des mauvais tours comme pour la premiere etape.
Je crains surtout que ne nous voyant pas venir, la marina de Rouen ne nous garde pas de place. Nous verrons cela losque notre heure d'arrivee se fera moins aleatoire.
Pour l'instant, les conditions de navigation sont plutot bonnes, encore qu'un petit largue serait le bienvenu, et nous nous armons de patience.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

vendredi 24 mai 2013

Horta

Au fur et a mesure que la distance entre nous et Horta diminuait, le vent est devenu de plus en plus faible. Finalement, nous avons decide de finir au moteur, en ajoutant de l'eau au circuit de refroidissement a raison de 1 litre toutes les 30 minutes, et en tournant au minimum possible de 1200 tours minute. Cela nous a amene au petit jour a 5 milles au sud de Horta. Ce fut le moment choisi par l'alternateur pour casser le boulon de support, au ras du filetage, et pratiquement de pendre au boulon de reglage de la courroie. Donc, plus moyen d'utiliser le moteur et vent entre 0 et 2 noeuds, c'est a dire rien.
Apres une heure a attendre le vent, j'aie appele la marina pour leur demander de l'aide., Apres une nouvelle heure d'attente, Jean-Paul a reussi a amarrer l'alternateur au moteur avec des rabans de voile, et a faire tourner le moteur sans que la courroie ne saute. Nous avons a ce moment annule la demande d'aide et sommes rentres au moteur a 2 noeuds. L'ironie est que une fois arrives dans l'avant port, le vent s'est mis a souffler a 15 noeuds, et je ne me sentais pas trop fier pour manoeuvrer pratiquement sans moteur. En fait, la courroie a saute peut etre 20 secondes avant d'arriver a couple d'un bateau allement au quai de la douane.
Apres les formalites, nous sommes alles nous mettre a couple de deux bateaux, au quai exterieur.
Nous etions extenues, avec une tonne de travaux a faire sur le bateau. Depuis donc Dimanche dernier, soit nous travaillons sur le bateau, soit nous essayons de dormir, soit de faire un peu de tourisme, et le blog est passe en queue de liste des choses a faire.
Nous avons quand meme pu visiter le cratere du volcan principal, visiter l'eglise de Cedros, le volcanb de Ponta dos Capelinhos, et de faire le tour de l'ile en voiture. Bien sur, nous avons pu faire quelques rares visites au Cafe Sport "Chez Peter".
Presque partout ou nous sommes alles, nous voyons des ouvrier nettoyer les routes, peindre des batiments et d'une facon generale maintenir l'ile dans un etat de proprete extraordinaire.
Nous avons maintenant fait nos provisions, fini pratiquement toutes les reparations, paye nos factures, et nous nous preparons a quitter Horta demain matin, apres une derniere soiree chez Peter.
Je m'attends a avoir a faire pas mal de moteur pour nous sortir de l'anticyclone qui recouvre toute la zone des Acores et nous ne pensons pas trouver du vrai vent pendant les premiers 450 milles.
C'est ma quatrieme traversee dans le sens West-Est avec arret au Acores, et cela a ete de loin la plus longue avec 24 jours. La seule consolation est que la plupart des bateaux arrives en meme temps que nous ont mis le meme temps et sont arrives avec des avaries nettement plus serieuses que nous.
Nous repartons sans etre vraiment totalement reposes, mais le temps passe et cela sera un miracle si nous arrivons a Rouen pour le debut de l'Armada le 6 Juin. Nous avons a peu pres 1710 a couvrir en 13 jours, soit une moyenne de 131 milles par jour, ce qui n'est pas evident compte tenu du petit temps du depart.
J'espere quand meme . . . . .

samedi 18 mai 2013

arrivee aux forceps

Pas de blog hier, car j'etais trop decourage.Hiere midi, nous etions a 96 milles de Horta en ligne directe. Aujourd'hui a midi, 46 et a 3 heures de l'apres midi 38. Le vent est parfois de moins de 4 noeuds et nous n'avancons qu'a 1.5 ou 2 noeuds. Je passe mon temps a prendre des gribs, qui tous m'annoncent au moins 8 noeuds, mais nous avons rarement plus de 5. Impossible de dire quand nous arriverons avec toutes ces zones de calme. En toute logique, nous devrions arriver demain, avec seulement 38 milles a faire. Mais si nous tombons dans un calme plat, pas grand chose a faire.
Jean-Paul a essaye de resserrer colliers et boulons et la fuite est moins importante, mais malgre tout, nous ne pouvons faire tourner le moteur au ralenti que 48 minutes. Toujours ca de pris, mais bien sur cela ne fait pas 38 milles. Nous prevoyons donc une autre nuit a nous battre pour avancer dans les toutes petites brises.
A part cela, pas grand chose a dire. Je n'aie pas fait de blog hier, car nous devons constamment rester a la barre pour avancer coute que coute.
A midi locale en TU-1, notre position etait a 37:59 N et 29:20 W. Comme je le dis plus haut, nous avions 46 milles a courir.
Ceci etant, tout va bien a bord et le moral est bon malgre la frustration du calme.
Vivement la premiere vraie douche et la premiere tournee chez Peter au Cafe des Sports.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 16 mai 2013

Le jour des ppoubelles

Hier etait le jour de ramassage des ordures. En fait c'est la deuxieme fois depuis le depart de St Martin.
En grande traversee, il y a deux choses qui sont difficiles a gerer, les ordures et la consommation d'eau douce.
Pour les ordures, voila comment je gere la chose.
Tout d'abord, comme beaucoup d'autres navigateurs, nous acceptons lors que nous ne sommes plus sur le plateau continental, de jeter a la mer tout ce qui est metallique, verre, papier et carton, et bien sur les restes de nourriture. Pour ce qui est du verre et du metal, nous nous assurons avant de jeter que les recipients en verre sont pleins d'eau de mer, et les recipients metalliques troues, pour que tout cela coule au fond de l'ocean sans probleme. Restent principalement des dechets plastiques, pots de yaourt, bouteille de lait et emballage divers. Avant de les mettre a la poubelle, nous les rincons a l'eau de mer, pour eviter odeurs et fermentation.
Lorque la poubelle est pleine, je sors la machine "Food Saver" pour emballer les steaks et poissons sous vide, et en faisant des sachets d'environ 25cm de large et 1 metre de long, j'emballe les poubelles sous vide. Apres cela, etant en sacs etanches, sans odeur et sans fuite, et d'un volulme reduit, on peut les stocker ou on veut a l'interieur du bateau. On peut meme dormir avec !
Pour l'eau, je me suis inspire du principe "si vous pouvez mesurer, vous pouvez gerer" et j'aie installe a la sortie de la pompe a eau douce un compteur a eau. Chaque jour a midi, j'indique a l'equipe la consommation du jour precedent, le total depuis le depart, la moyenne journalienne, et le nombre de jours restant dans les reservoirs sur la base de la moyenne. Et du coup, je me suis apercu que la consommation s'ajuste tout naturellement, sans avoir a edicter des lois, pour finir la traversee sans probleme. C'est egalement pour cela que je n'aie pas de desalinisateur, sauf en secours, un desalinisateur manuel.
Aujourd'hui a midi, nous etions (14:00 TU) par 37:27 N et 31:52 W. En principe nous n'etions qu'a 167 milles de Horta, mais comme cela fut le cas les dix derniers jours, nous ne pouvons y aller que en Zig Zag et je pense que npus n'arriverons que Samedi matin en fin de matinee. Les paris sont ouverts, Karen dit midi, Jean-Paul trois heures du matin, et moi, le pessimiste je dis qinze heures. Le perdant paye la tournee au Cafe des Sports.
Il fait toujours froid, nous sommes tombes presque au niveau des 18 degres Giscard.
A demain

----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mercredi 15 mai 2013

Le Cadeau d'Eole

J'esperai un petit gest d'Eole, et bien, nous l'avons eu. Mais il a ete plutot chiche. Il nous a permis de faire de l'est pendant 34 milles avant de nous pousser a nouveaau au sud de la route. Mais enfin, ce qui est pris n'est plus a prendre et nous ne sommes plus qu'a 262 milles de Horta.
Au point de midi, qui correspond a 14:00 heures TU, nous etions a 37:47 N et 34:52 W, a 283 milles de Horta, esperant une arrivee le 17 en fin d'apres midi.
Maintenant, on ne sait plus trop. Mais nous avons 250 milles de fuel dans le reservoir et si le vent tombait, nous pourrions finir au moteur. Sinon, meme au louvoyage, on peut esperer arriver avant le 18 au matin, ce qui serait fantastique. Cela nous permettrait de faire quelques travaux et achats le Samedi, faire du tourisme le Dimanche, faire les provisions le Lundi, finir les travaux le Mardi et repartir le Mercredi 22 pour une traversee sur Rouen qui est suppossee durer 12 jours maxi si la meteo n'est pas contraire, ce qui nous mettrait a Rouen le 2 Juin, donc en principe avec un peu de gras pour faire un arret a Guernesey.
Il fait de plus en plus froid, surtout la nuit, et le bateau est tres humide. Dans la journee, avec un peu de soleil et en bougeant un peu, c'est supportable. Mais pour des organismes habitues a vivre en short et T-Shirt, l'acclimatation est penible a supporter.
A midi, Karen nous a fait une superbe soupe de haricots qui a ete la bienvenue car cela nous a bien rechauffe.
Autrement, journee un peu monotone. Pendant la nuit, nous sommes tombes a plusieurs reprises dans des trous de vent, et c'est toujours difficile de faire partir un bateau qui pese 10 tonnes et qui est plutot sous-toile. Mais nous ne pouvons pas nous plaindre. Hier, nous avons fait 137 milles sur le fond, 137 avant-hier et 143 le jour precedent. Si c'etait dans la bonne direction, nous serions pratiquement arrives. En fait, au depart de St Martin, la distance directe etait de 2180 milles, et 2280 pour le travet conseille. Nous en sommes deja a 2573 milles et nous ne sommes pas encore arrives . . . . .
Demain a cette heure, nous serons a portee de moteur de Horta et j'espere pouvoir dire que nous n'avons pas besoin du moteur.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mardi 14 mai 2013

tete chercheuse

On dit "si vous ne savez pas ou vous voulez aller, vous arriverez sans doute quelque part ailleurs". Pour nous, c'est le contraire, nous savons tres bien ou nous voulons aller, et malgre tout, nous sommes quelque part ailleurs. Cependant, depuis hier, la situation s'est amelioree, et de midi a midi, nous avons reussi a progresser vers Horta de 78 milles
Maintenant, c'est une affaire de ne pas se tromper sur les bords a choisir. Heureusement que Jean-Paul est avec nous car la, en tant que regatier d'excellente mouture, il est dans son domaine et nous aidera surement a faire les meilleurs choix. De toute facon, meme dans le meilleur des cas, je ne nous vois pas arriver avant le 18 dans l'apres midi, qui est un Samedi, et donc, tres vraisemblablement la veille d'un Dimanche. Nous n'aurons pas de temps a perdre a Horta avec une liste de petites reparations longue comme un jour sans pain, si nous ne voulons pas rater le debut de l'Armada a Rouen. C'est emcore jouable, mais il nous faut pour une fois une meteo clemente et un bateau sans trop de problemes.
Nous sommes egalement bien aides par Claude, du reseau du marin, qui non seulement nous fournit des informations meteo qui viennent completer celles que nous avons par NOAA et par les fichiers Grib,mais egalement, etant lui meme un marin experimente, il nous offre des choix tactiques qui se sont averes jusqu'a present excellents.
A midi aujourd'hui (en TU-2), notre position etait 37:40.3 N et 36:33 W. Nous faisons pour l'instant un cap vrai au 020, et nous avons l'intention de virer de bord dans l'apres midi ou la soiree, selon le vent. De toute facon, nous ne voulons pas monter trop au nord, ou il n'y a pas de vent, ni partir trop au sud ce qui allongerait trop la distance a courir.
La situation pour l'eau est maintenant normalisee. Depuis le depart de St Martin, nous avons consomme 372 litres, soit une moyenne de 19,6 litres par jour, et il nous reste 450 litres, soient environ 20 jours.
Nous n'avons pas eu depuis plusieurs jours le besoin de faire tourner le moteur. Les panneaux solaires et l'eolienne font plus que subvenir a nos besoins electriques, malgre congelateur, refrigerateur, ordinateur et instruments divers. Si bien que nous ne savons pas comment il va reagir d'une part suite a la perte de coolant et la surchauffe du moteur, d'autre part, apres tous les mouvements violents du bateau qui ont autant brasse le carburant que l'eau, nous craignons un encrassement des filtres des que nous mettrons le moteur en route.
Les dernieres 24 heures seront sans doute a faire avec tres peu de vent, et nous esperons donc que le moteur ne nous fera pas defaut.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

lundi 13 mai 2013

Histoire d'eau

Hier, grosse frayeur, quand la pompe a eau douce a decide de refuser de nous donner de l'eau. Dans un premier temps, les reccherches nous ont amene a conclure qu'il devrait y avoir une fuite dans le systeme en amont de la pompe et que nous n'avions plus d'eau. Cela m'etonnait car je prend toujours la precaution de n'utiliser quun seul reservoir et fermer l'autre a la sortie du reservoir. Nous avons donc passe des moments un peu difficile a essayer de voire comment nous pouvions gerer les maigres reserves de securite de 6 gallons ou 24 litres. Nous envisagions deja de survivre en buvant de la biere et du lait que nous avons en grande quantite, puis de mettre en service le desalinisateur manuel que j'aie dans la survie et qui nous aurait permis de ne pas mourir de soif.
Mais comme je n'abandonne jamais, j'aie continue a chercher et j'aie trouve que comme la bateau n'a pas arrete de taper pendant plus de quatre jours maintenant, les sediments crees par le traitement a l'eau de javel des tanks en aluminium ont bloque la tuyauterie, evidemment dans un endroit tres difficile d'acces. Reparer maintenant, compte tenu des mouvements du bateau auraient ete tres sportives et difficile, et nous avons installe un pontage direct entre la sortie du reservoir babord et l'aspiration de la pompe. Ouf ! Nous avons de l'eau a nouveau pour plus de 22 jours si nous continuons de l'utiliser au meme rythme, a savoir environ 20 litres par jour.
Apres cela, le boitier du radar dans le cockpit est tombe, la fixation etant une grosse piece en fonte d'aluminium, s'etant cassee. Je ne vois pas bien comment on pourra reparer meme a Horta. On ne peut pas souder la fonte d'aluminium, c'est une piece qui a un age canonique et je me demande si on pourra en trouver une chez Edson. Peut etre de la colle forte specialisee et des renforts colles egalement en travers de la cassure.
Le vent continue a etre contraire, mais il a baisse suffisamment pour ne pas etre trop difficile a vivre. La nuit, il fait carrement froid, au point que nous avons decide de reduire la duree des quarts de 3 a 2 heures.
A 20:00, heure univeselle, nous sommes a 428 milles des Acores en route directe, mais cela peut nous prendre pres de 6 jours a y arriver car nous devons louvoyer. Notre position est 37:31 N et 37:33 W.
On peut quand meme esperer que le vent nous fera un petit cadeau en tournant de 30 degres dans un sens ou un autre, ce qui reduirait les besoins de louvoyage suffisament pour arriver dans quatre jours.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

samedi 11 mai 2013

une autre journee difficile

On continue a planter des pieux, durement et la bateau tape fort. Hier soir, avant la nuit, nous avons decide de virer et de faire du notd pour ne pas nous jeter dans une depression se trouvant sur notre route. Nous avons certainement bien fait, evitant ainsi les vents plus forts. Mais en virant au nord, nous avons commence a taper dans une mer hachee, croisee, courte meme sans etre trop creuse.
Karen a change de campement pour s'installer dans la couchette sous le vent dans le carre, qui lui permet de lire comfortablement sans courir le risque d'etre ejectee.
Et nous avons encore de la casse. Pas tres grave en soi, mais il faut etre pret a intervenir pour que le bateau reste a 100 % operationel. Cette fois ci, c'est la ligne de l'enrouleur qui a casse. Dans les cahots, elle a reussi a sortir du tambour et a se coincer entre le dessus du tambour et sa protection, et dans un choc particulierement violent, elle s'est casse et le genois s'est deroule en entier. Heureusement .la plus grande partie de la ligne est restee enroulee sur le tambour, et si nous voulons enrouler, nous pourrons faire un noeud, passer la ligne dans des poulies plus grandes qui laissent passer le neoud. Mais il nous faudra sans doute mettre a la cape car pour l'instant, le bateau rentre parfois dans les vagues et passe l'etrave sous l'eau.
La bonne nouvelle est que nous faisons du nord et nous rapprochons de l'anticyclone. et le vent devrait commencer a faiblir dans une dizaine d'heures. A 20:00 heures TU, nous sommes par 34:03 N et 38:23 W. Nous faisons donc du nord a 6 noeuds et nous sommes a 543 milles de Horta. C'est ma sixieme traversee, mais c'est la premiere ou je risque de faire la totalilte du trajet St Martin Horta non seulement au pres, mais au louvoyage. Et louvoyer avec un Morgan 41 n'est pas exactement la solution de facilite, le bateau, dans ces conditions de mer, faisant pres de 120 degres entre les bords.
Esperons que le vent se montrera plus clement pour ces derniers 500 milles, car je commence a envisager la possibilite de n'arriver a Rouen qu'apres le debut de l'Armada, evenement qui est la seule raison pour laquelle je fais la traverse cette annee.
Comme le petit dejeuner avait ete leger, a midi j'aie prepare des omelettes au fromage, et cela m'a demande des vrais talents de jongleur.
Donc ce soir, cuisine a l'ouvre boite avec du petit sale aux lentilles.
Et j'espere demain pouvoir decrire une realite de meilleure augure.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

vendredi 10 mai 2013

La ruee vers l'est

C'est encore la meme histoire. Nous voulons faire du nord est et le vent ne nous laisse faire que du ESE, direction les Canaries. Jean-Paul et moi etudions et re-etudions la possibilite de virer de bord et de faire route vers Horta, et a chaque fois meme conclusion, nous devons attendre demain en fin d'apres midi pour avoir la chance de trouver du vent d'est un peu au nord de notre position. Je prefererai faire route vers notre objectif a petits pas plutot que de nous precipiter dans l'autre sens a toute allure, mais le vent ne nous laisse que peu d'options.
En attendant, nous avons fait route toute la journee par un temps superbe. Houle moderee, vent de 10 a 15 noeuds, ciel peu nuageux avec de temps en temps du soleil, en fait si nous n'avions pas besoin d'aller quelque part, ce serait un temps ideal.
Nous sommes egalement tres proche maintenant de la zone ou l'equipage de "Grain de Soleil" pourrait se trouver. Mais nous ne nous faisons pas trop d'illusion. Sur le pont du bateau, notre oeil est sans doute a environ 3.5 metres au dessus de l'eau. Cela met notre horizon a environ quatre milles marins. La bande dans laquelle nous pourrions apercevoir un object assez gros et voyant serait donc de 8 milles, autrement dit moins qu'un trait de crayon sur la carte. La zone qu'on nous avait indique comme possible fait 214 milles par 135 milles. Pour tout parcourir, il nous faudrait faire 50 fois 135 milles soient pres de 6500 milles, a six neouds et en ne le faisant que pendant le jour. Tout cela pour donner une idee de la faible probabilite de trouver quelque chose.
Pour un avion ou un helico, ce serait evidemment radicalement different.
Malgre tout, comme nous allons virer de bord pour parcourir la zone du sud au nord, nous esperons quand meme et scrutons la mer comme jamais.
A 9 heures du soir, temps universel, nous sommes par 32:20 N et 37:57 W. Temps de changer l'heure locale de -3 a -2.
Nous marchons a 5.5 noeuds au 120 et ce jusqu'a demain soir 6 heures, heure locale.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 9 mai 2013

En route pour les Canaries

Toute la journee d'aujourd'hui, le sort du bateau "Grain de Soleil" a ete au centre de nos conversations et de nos pensees.
Si le peu d'informations que nous avons est correct, je suis absolument effare et scandalise devant l'absence de moyens deployes pour retrouver et sauver l'equipage de Grain de Soleil.
Des que la balise de detresse a ete declenchee, des moyens (avion, bateau, helico) auraient du etre mis en oeuvre pour se rendre sur la position de la balise. Les conditions meteo ne sont pas une excuse. Je suis citoyen americain, et se sais qu'en amerique du nord (US et Cnada), les garde-cote ont l'equipement et la formation pour sortir quelque soit le temps. Et en France, les volontaires de la SNSM n'attendent pas une accalmie pour repondre a un appel de detresse. Dernier exemple, le naufrage du "HMS Bounty" au large du cap Hatteras pendant le cyclone Sandy et les garde-cote US bases a Elizabeth City en Caroline du Nord, sont sortis et ont sauve l'equipage sauf le capitaine qui n'a pas ete retrouve.
Des que la balise de detresse est declenchee, l'organisation qui recoit le signal en premier (en France je crois que c'est le CROSS) aurait du alerter l'ensemble des navires de commerce naviguant dans la zone.
Enfin, comment se fait-il qu'un des moyens les plus efficaces de communication au monde, a savoir les reseaux de radio amateurs n'aient pas ete alertes. J'aie parle avec le reseau "Le reseau du Capitaine" base au Quebec ce matin, et ils n'etaient pas au courant du drame en cours.

De mon cote, je vais faire de mon mieux pour alerter les resseaux avec lesquels je suis en contact. Mais il est malheureusement tres tard, si on garde en memoire que la balise a ete declenchee le 24 Avril. Mais on peut aussi se souvenir de cas comme celui de notre ami Bill Butler qui a derive dans le Pacifique pendant 67 jours avant d'etre recupere.

Notre progression vers la zone presumee ou pourrait se trouver l'equipage du "Grain de Soleil" est malheureusement entravee par la meteo. Depuis 4 heures de l'apres midi, un mur de grains qui ne semble pas se deplacer ou se desintegrer est en train de nous envoyer au 150 vrai et je me demande si nous n'allons fas finir par arriver aux Canaries.

A part cela, la journee s'est deroulee sans incident notable. Beau temps ce matin, pluie et vent faible cet apres midi, et maintenant une refusant qui nous envoie vers le sud. Tout cela avec beaucoup de pluie, ce qui a permis a Jean-Paul d'avoir son linge qu'il avait mis a secher d'etre parfaitement rince a l'eau de pluie.

A priori, nous sommes coinces au sud du 33 eme parallele jusqu'a Lundi pour laisser passer une depression plus au nord. Et ensuite, si tout s'arrange comme il devrait, nous devrions pouvoir faire du nord et opter pour une destination Acores plutot que Canaries.
----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mercredi 8 mai 2013

Le pepin du jour

Pendant mon quart ce matin, le vent a commence a faiblir et j'aie d'abord largue le troisieme ris. Puis j'aie commence a derouler le genois pour m'apercevoir que le winch de genois etait tres dur. J'aie utilise le winch de babord pour border et quand Jean-Paul est monte vers 5:30 du matin, nous avons demonte le winch et constate qu'un des engrenages (celui correspondant a la grande vitesse) etait completement bloque au point de ne pas pouvoir separer les deux pieces. Nous avons donc pris la piece correspondant du winch babord et l'avons mise en place sur le winch tribord. Cela marche, mais la consequence est que le winch babord ne fonctionne plus que sur petite vitesse et nous devrons gerer en consequence. Pas un gros probleme. Mais comme nous n'avons pas acces a Internet, il nous faudrait que l'on nous transmette l'adresse email d'un chantier serieux a Horta. Le frere de Jean-Paul qui est un professionnel de l'industrie nautique devrait pouvoir nous donner ce renseignement.
Nous avons egalement recu plusieurs messages relatifs au voilier "Grand Soleil", qui a declanche sa balise de detresse a environ 400 milles a l'ouest sud ouest des Acores le 24 Avril et dont on n'a pas de nouvelles depuis. Au moment ou il a declenche la balise, il y avait une tempere sur les Acores et les secours n'ont pu survoler la position que 48 heures plus tard et n'ont rien trouve.
Nous passerons dans cette zone environ entre le 12 et le 13 et esperons un miracle.
A part cela, la vie reprend un cours plus normal sur Papy Jovial maintenant que nous avons des vents de 10 a 15 et une mer beaucoup moins forte. Hier soir, c'etait cuisine ouvre boite, avec du cassoulet toulousain. Ce soir, on improvise avec les restes.
Notre position a 7:00 du soir heures locales (TU-3) est 33:26 N et 42:17 W. Nous sommes a 731 milles de Horta en ligne directe, mais cela ne veut plus dire grand chose avec un vent qui se maintient a l'ENE.
D'apres la carte meteo de NOAA a 96 heures, l'anticyclone des Acores est en train de s'installer a l'ouest nord ouest des iles et nous devons prevoir de nous en approcher le moins possible de facon a perdre le moins de vent possible.
Affaire a suivre.

----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mardi 7 mai 2013

sortis d'une mauvaise zone

Le vent est maintenant tombe aux alentours de 22 noeuds, apres pres de 48 heures avec plus de 30 noeuds. Les mouvements du du bateau deviennent un peu moins brutaux et il tape moins souvent, mais ce n'est pas encore au point ou j'aie envie de passer beaucoup de temps au clavier de l'ordinateur, esseayant de rester colle a mon siege pendant que le bateau essaie de m'ejecter et de me projeter sur le rechaud a gaz de l'autre cote du bateau.
Pendant ces 48 heures de coup de vent, nous avons bataille pour maintenir les differents systemes du bateau en etat de marceh.
Cela a commence par la perte de la pale aerienne de petit temps du regulateur d'allure. Rien a faire sinon d'espere qu'il y aura toujours assez de vent pour que la pale "standard" fonctionne.
Ensuite, ce fut au tour de la descente qui s'est pratiquement liberee de la cloison contre laquelle elle est vissee. En fait, elle etait vissee par des vis de diametre tres modeste. Jean-Paul et moi avons remplace ces vis par des vis du diametre directement superieur, et les avons visse devant derriere, de facon a ce que la partie de la vis qui "mord" soit dans un tasseau en bois et non dans la fibre de verre. Cela devrait tenir jusqu'a Horta mais nous devrons remplacer cela par des boulons.
Ensuite les bouts de sangle cousues aux deux coins de la toile anti-roulis babord du carre, se sont decousues, a chaque fois avec Jean-Paul sur la couchette, ce qui lui a valu deux belles chutes. Karen, qui a beaucoup de mal a se deplacer sur le bateau, a recousu les bouts de sangle, en deux episodes, et Jean-Paul peut maintenant dormir ailleurs que dans l'enfer du triangle avant. Le bruit du bateau qui tape dans les vagues, et les gouttes d'eau qui tombent du panneau avant evidemment du cote ou il dort en font un endroit peu vivable.
Le senseur qui declenche l'alarme de fuite de propane, s'est ensuite manifeste en sonnant l'alarme continuellement, et par consequent en fermamt la vanne electro-magnetique qui se trouve sur la bouteille de gaz. Hier soir, nous avons donc du diner froid. Ce matin, j'aie sorti la sonde pour la mettre dans le cockpit, avec plein d'air frais, et voire s'il voudrait bien garder la vanne ouverte. Helas non. Cela m'etait deja arrive en Nouvelle Zelande, et la seule solution est de changer la sonde. Pour l'instant, Jean-Paul a elimine du circuit la vanne electro-magnetique, ce qui nous permet d'avoir du gaz mais nous ne sommes plus proteges d'une fuite eventuelle. Nous devrons donc fermer manuellement la vanne de la bouteille apres chaque utilisation du rechaud. Comme nous ne l'utilisons que le matin pour le cafe et le soir pour le diner, ce la devrait etre gerable.
Et enfin, bien sur, il y a l'ordinateur. J'aie decouvert que les fils du cable qui relient le telephone satellite a l'ordinateur etaient denudes a l'endroit d'un raccord, et risquent de se toucher. Cela peut expliquer le fonctionnement erratique du telephone en tant que modem. J'aie expose les fils et je me tate a savoir si je les enduit de vernis a ongle ou de "liquid tape", mais tant que cela fonctionne a peu pres, je prefere ne rien faire.
A 6:00 heures ce soir (TU-3), nous sommes par 33:42 N et 45:03 W et il nous reste, en ligne directe 848 milles pour Horta. Mais cela seulement si nous pouvions faire du 064 vrai en direction. En fait le vent et la mer ne nous autorisent que du 090, soit plein est et il est evident qu'a un certain point nous devrons virer de bord et faire du nord puis virer au moment opportun pour continuer directement sur les Acores. De combien cela va nous rallonger, impossible de savoir aujourd'hui car tout peut changer. Maris je continue a penser que nous devrions arriver entre le 14 et au plus tard le 17.
Mais le reseau radio canadia "Le reseau du Marin" vient de m'annoncer que nous devrions toucher du vent d'est Dimanche prochain, ce qui ne rallonge notre route que de 100 milles.
Tout ce mauvais temps ne nous a pas empeche de feter le passage des moins de mille milles en ligne directe avec un bon "ti punch" au rhum Bologne.
Ce soit, on va essayer de nouveau la choucroute en boite, vu qu'on a du manger froid hier soir.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

lundi 6 mai 2013

la meteo

pas de temps pour le blog aujourd'hui car nous sommes occupes a gerer les conditions meteo. A part cela, tout va bien, pas d'inquietude a avoir.
A demain


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

dimanche 5 mai 2013

dans le vif du sujet

apres avoir joue au chat et a la souris avec les calmes, nous sommes maintenant dans du temps un peu plus muscle (parce que au pres serre) mais nous avancons regulierement et grosso modo dans la bonne direction. Les fichiers meteo nous fons prevoir d'avoir a faire de l'est, peut etre meme pire, mais on se rapproche.
Du coup, pas besoin du moteur pour avancer. Quant a l'electricite, les panneaux solaires et l'eolienne fournissent un bilan plutot positif pour l'instant. A 8:30 ce matin, les batteries etaient a moins 215 ampere heure, et cet apres midi a 6 heures nous sommes a moins 145, ce qui fait un gain de 70 ampere heure pour la journee. Cela implique bien sur d'etre tres attentif a l'utilisation des appareils electriques, ce qui n'est pas trop du gout de Karen qui aime utiliser son ordinateur et son iPad, surtout dans son effort de faire progresser son francais.
Pour l'instant, nous faisons route au nord est avec un vent apparent de 21 noeuds, au pres serre sous deux ris et genois plein.
Notre position a 6 heures de l'apres midi (soit 9 heures du soir puisque nous sommes passes a TU-3) est 32:43 N et 50:30 W. Nous avons 1122 milles a parcourir en ligne directe et nous esperons que nous n'aurons pas a tirer des bords.
Mais il faut s'habituer de nouveau a vivre au pres. Certes nous n'en sommes pas a marcher sur les cloisons, mais le bateau gite en permanence a environ 15 degres et ce n'est pas toujours facile notamment de faire la cuisine.
Ce soir, poulet et riz aux petits legumes.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

samedi 4 mai 2013

Journee fertile

Nous avons pu garder notre spi jusqu'a 8 heures ce matin quand un front chaud nous est tombe sur la tete. Beaucoup de pluie et pas de vent. Mais nous avons pu rentrer le spi a temps. Ensuite, scenario habituel de calme avant que le vent ne revienne.
Dans le calme, nous decidons de profiter pour recharger les batteries en faisant tourner le moteur pendant environ deux heures. C'est le moment choisi par le moteur pour perdre son coolant et sonner l'alarme de temperature trop haute, Donc stop le moteur et recherche de la cause. Jean-Paul a eu un probleme similaire dans le passe et suggere de verifier le robinet de vidange du circuit d'eau douce de refroidissement. Ce qu'il fait, une fois le moteur un peu refroidi et trouve la vanne de vidange ouverte d'un quart de tour.
Nous rajoutons diu coolant et redemarrons le moteur, juste pour verifier. Apparemment, tout est normal, et comme entre temps le vent est revenu, nous le laissons se reposer. On verra plus tard, quand on en aurau besoin. Et depuis, nous marchons 6 a 7 noeuds dans la bonne direction.
Au moment ou j'ecris (5h30 de l'apres midi en TU - 4), il nous reste 1245 milles a couvrir pour Horta. Il fait beau, avec quelques petits cumulus. Un peu de houle car dans l'Atlantique Nord, il y a eu de fortes tempetes dans le nord et cela doit nous envoyer cette houle.
A part cela, c'est la routine quotidienne, repas, lecture, navigation, courrier electronique et petit entretien du bateau. En fait, aujourd'hui il n'y a pas eu lieu de sortir les outils.
Ce soir, on remet au menu les pommes de terre sautees, cette fois ci agrementees de corned beef.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

vendredi 3 mai 2013

Le jour du Spi

Le jour du Spi est enfin arrive apres une nuit d'horreur. Jean-Paul et moi nous sommes relaye a la barre toute la nuit a des vitesses vertigineuses de 0.5 a 2 noeuds.En fait, comme je n'etais pas encore tres vaillant avec la creve attrapee a St Martin, Jean-Paul m'a gentiment laisse dormir toute la premiere partie de la nuit. Je l'aie remplace au petit matin en me sentant nettement mieux. Merci Jean-Paul ! Cela nous a permis de parcourir presque 23 milles dans la nuit. Et ce matin, enfin, un temps ideal pour faire secher le spi asymetrique qui malgre un vent toujours un peu rachitique nous tire a 5 noeuds ou plus. La journee de demain pourrait etre decente comparee a celle d'aujourd'hui.
A midi, nous avions parcouru seulement 90 milles sur le fond, 81 sur l'eau d'apres le loch (qui devra sans doute etre re-etalonne) et nous nous sommes rapproches de Horta de 74 milles, a cause de tous nos ronds dans l'eau. Il nous reste 1375 milles a parcourir, mais nous devrions pouvoir faire un bon bout de chemin au cours des trois prochains jours si j'en crois les fichiers Grib de MaxSea.
Malgre qu'il aie plu pratiquement toute la nuit, pas une goutte d'eau dans la cabine de Jean-Paul. La reparation tient bien et devrait etre OK au moins jusqu'a Horta.
A midi, notre position etait de 29:34 N et 54:09 W. La consommation d'eau se stabilise a environ 20 litres par jour et il nous reste donc plus de 33 jours d'eau dans nos reservoirs. Il nous reste egalement 178 litres de gasoil dans le reservoir plus 20 litres dans un jerrican de secours. Nous nous sommes promis de ne plus toucher au moteur tant que nous ne sommes pas au moins a mi-parcours..
Ce soir, saumon et tagliatelles. Il n ous reste encore quatre repas de poisson et un repas de poulet dans le congelateur avant d'entamer les 13 repas en boite, genre confit de canard, choucroute, etc . . . . Nous ne devrions pas mourir de faim.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 2 mai 2013

Calme, calme, et pluie

Cela devient presque inquietant d'avoir a faire tant de moteur. Nous en sommes maintenant a 46 heures et cela continue. Dans l'apres midi nous avons pu faire une heure de voile avant de retomber a moins de 2 noeuds dans la mauvaise direction.
Le cote positif est que le bateau est maintenant super rince a l'eau douce. Dans la nuit et ce matin, grains assez violents avec beaucoup de pluie, parfois du vent, eclairs et tonnerre. Puis beaucoup de calme avant de retomber dans un groupe de grains, cette fois ci sans circulation verticale.
Nous avons trouve l'origine de la fuite dans le panneau avant. C'est carrement une piece qui maintient une charniere contre la vitre qui manque et l'eau s'infiltrait dans la charniere a cet endroit. Jean-Paul a mis de la bande etanche que j'avais, et cela devrait tenir jusqu'a Horta. Nous sommes un peu reticent a demonter la charniere en mer, de peur qu'une piece ne nous echappe et se perde, rendant la situation pire.
Bon contact radio ce matin avec le Reseau du Capitaine et cet apres midi avec le reseau du Marin, tous deux bases au Quebec. Malheureusement, les infos meteo qu'ils nous donnent ne sont pas rejouissantes, avec d'abord du calme, puis du vent de NE, c'est a dire dans le nez. Il me reste encore a peu pres 70 heures de moteur dans le reservoir a 1400 tours, a environ 3.5 noeuds et nous devons gerer cela le plus efficacement possiblem
Ce soir, steaks et pommes sautees maison, avec oignons, bacon et ail.
A 6 heures du soir (22:00 GMT) notre position etait 29:00 N et 54:58 W. Nous avons parcouru 109 milles dans la journee, et il nous reste 1427 milles pour Horta.
A demain
Bernard


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mercredi 1 mai 2013

la bataille des calmes

Comme prevu, du moteur et du moteur et du moteur. Je tourne a 1400 tours minute, mais de toute facon je n'irai pas jusqu'aux Acores au moteur. Des que l'on pense que l'on peut faire plus de 3 noeuds, on coupe le moteur.
Ceci mis a part, cela signifie aussi du beau temps et un bateau qui ne bouge pas trop. Donc lessive, petits travaux, lecture, etc....
La communication aujourd'hui avec le reseau du marin etait excellente. J'espere que cela va continuer car j'aie beaucoup de difficultes avec le reseau du capitaine. Je n'aie pas pu trouver de reseau anglophone ou un reseau utilise par les francais.
Nous avons remis en place les cales en bois du mat et il ne fait plus de bruit. Par contre la manille de remplacement que nous avions mis en place pour tenir le point d'ecoute de la GV sur la bome a lache et Jean-Paul a mis une sangle a la place.
Dans l'ensemble journee un peu vide. On ne voit rien ni dans l'air ni sur l'eau. Un seul bateau sur l'AIS, avec un nom a la James Bond "Diamonds are for ever" et qui va sur Gibraltar. Mais il est passe trop loin pour qu'on puisse le voire.
Esperons qu'un peu de vent va nous revenir cette nuit.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

mardi 30 avril 2013

la routine

On arrive a un moment ou il faut verifier sur le livre de bord pour voire depuis combien de jours on est partis. Grace a une meteo clemente, meme si elle n'est pas ideale (pas assez de vent), les journees deviennent une vraie routine entre les vacations radio, les repas, la navigation et la messagerie deux fois par jour.
Aujourd'hui, rien de casse, pas de bobo, juste un vent de NNW d'environ 10 noeuds, mer bleue avec houle de NW, ciel peu nuageux et beaucoup de soleil (les panneaux solaires sont ravis).
A midi aujourd'hui, nous etions par 26:38 N et 57:58 W. Nous avons parcouru depuis le depart 644 milles, c'est a dire plus du quart du chemin, mais il nous reste encore 1637 milles jusqu'aux Acores.
La consommation d'eau continue d'etre plus que satisfaisante, avec une moyenne de 17.5 litres par jour. A ce rythme, il nous reste 42 jours de consommation dans les reservoirs. Et nous n'avons pas utilise le moteur que nous pouvons encore utiliser pendant 80 heures si besoin est.
Ce soir, poulet et puree. Hier, Jean-Paul et moi avons fait equipe pour produire les steaks de thon et le riz pilaf. Ce soir, c'est Karen qui s'y met.
La nuit, nous faisons des quarts de deux heures chacun. Je fais 6 a 8, puis Jean-Paul fait 8 a 10 et Karen 10 a minuit, et on recommence. De 8 heures du matin a 8 heures du soir, les quarts sont souples et si l'un d'entre nous desire faire une sieste, comme il fait jour et qu'il y a toujours au moins une personne reveillee, cela ne pose pas de probleme.
A demain.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

lundi 29 avril 2013

journee calme

Comme nous l'esperions, un peu de vent est revenu vers 6 heures ce matin et j'aie pu couper le moteur. Par contre, Eole se montre plutot chiche, et s'il nous a donne du vent, c'est petit petit et presque dans le nez. Mais bien entendu, on fera avec. . .
Le bourguignon aux tagliatelles a eu un franc succes et il ne reste que de la sauce alors que je pensais avoir fait trop.
Ce soir, ce sera steaks de thon avec riz pilaf.
Petites bricoles aujourd'hui. D'abord l'axe vertical sur la plaque de mat qui permet au hale-bas de bome de pivoter a du jeu et fait un bruit plutot inquietant. Probleme resolu provisoirement avec un palan pris sur le rail de fargue et qui tire la bome vers le bas.
Egalement, la manille qui connecte le point d'ecoute de la Grand Voile au chariot de point d'ecoute a explose. Evidemment j'aie une manille de rechange, que nous avons mis en place. Mais du coup, j'aie appris par Jean-Paul qu'il y a des moyens plus modernes et plus efficaces de maintenir le point d'ecoute de la GV sur la bome et nous devrions pouvoir en installer un aux Acores.
Le mat egalement fait du bruit au passage du pont. Nous pensons que ce sont les coins en bois qui font ce bruit et nous devrions pouvoir les remettre en place. En principe d'ailleurs, il ne sont pas necessaire vu que j'aie un systeme Spartite.
Pendant la session avec le reseau BLU du Quebec, nous avons recu une prevision meteo qui sans doute me menace d'une autre journee de moteur. Affaire a suivre.
Nous arrivons dans la periode ou on commence a avoir besoin de faire un peu de lessive, et pour Karen, c'est une methode entierement nouvelle. Lavage a l'eau de mer et rincage a l'eau douce.
De nouveau, c'est l'heure de l'apero . . . donc a demain.

----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

dimanche 28 avril 2013

dur pour les nerfs

Nous le savions depuis hier, par les fichiers grib et les cartes meteo de NOAA, et malheureusement cela s'est avere exact. Nous sommes dans la petole depuis ce matin 6 heures et au moteur. Apparemment, cela va prendre 24 heures avant de retrouver un peu d'air. J'aie de quoi marcher au moteur pendant environ 80 heures, mais faire du moteur aussi tot dans la traversee est plutot stressant.
Toute la journee, ciel bleu, mer totalement lisse et le temps se passe a lire et a scruter la mer.
Nous avons vu une baleine et sur AIS un cargo en route pour le sud des Etats Unis. A part cela rien, si ce n'est l'habituelle bouteille plastique ou autre dechet dont l'Atlantique est helas couvert. Quand un bateau (commercial ou de plaisance) arrive dans un port, je pense que les autorites devraient demander a voire les poubelles avant meme de demander les passeports.
Nous avons egalement pu faire un peu de bricolage, habituel en mer, reserrer le presse etoupe, revisser les marches de la descente, remplacer une des lignes du regulateur d'allure.
Jean-Paul deploie tout son talent de petit temps. Quand j'arrive a faire marcher le bateau a 2 neouds, si c'est Jean-Paul qui regke les voiles, il marche a 3 noeuds, Un peu frustrant pour moi mais egalement tres satisfaisant d'avoir Jean-Paul sur le bateau.
Ce soir, boeuf bourguignon et tagliatelles. Le congelateur fonctionne mais nous a donne des frayeurs. Il faut le regler beaucoup plus bas que ce n'etait le cas auparavant.
Nous esperons sortir de la zone de calme avant demain matin. Je ne me vois pas faire deux jours de moteur d'affilee, mais que faire d'autre ?


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

samedi 27 avril 2013

belle et lente journee

Ces dernieres 24 heures ont ete plutot tranquilles. Quelques grains hier soir et ce matin, mais dans l'ensemble un vent d'est de force 3 a 4, une longue houle pas vraiment desagreable et dans l'apres midi un beau ciel bleu ensoleille.
Nous avons parcouru 133 milles pour la journee et il nous reste environ 2093 milles (cela depend de ce que le vent nous permettra de faire). A vol d'oiseau, nous etions a midi a 1958 milles de Horta.
Pour l'instant, la consommation d'eau tient du miracle. Seulement 23 litres pour les deux premiers jours. Par experience, je sais que le chiffre va augmenter, mais nous sommes bien en dessous de ce que nous pouvons nous permettre.
J'aie pu etablir un contact radio avec Le reseau du Marin, base a Montreal, hier et aujourd'hui avec une bonne propagation. Cela me plait beaucoup de savoir que meme si nous perdons le telephone satellite et l'ordinateur qui lui est connecte et nous permet de recevoir et d'envoyer des emails, nous pouvons garder le contact avec le monde exterieur via la BLU.
A propos d'email, j'aie recu de mon frere Leve Taud un email de 228 K. Je sais qu'il est sur le serveur, mais je ne peux pas le recevoir sur l'ordinateur du bord car nous avons limite la taille des messages a 40K. Texte seulement, pas de documents attaches. Si le message est important, j'apprecierai de recevoir le texte seulement.
D'apres mon recepteur AIS, allons bientot voire notre premier bateau. Il s'agit du petrolier GOTLAND CAROLINA qui est en route pour San Juan.
Ce soir, omelette au fromage et spaguettis.
Bonne soiree a tous.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

vendredi 26 avril 2013

Journee dodo,

Hier soir, tout de suite apres diner, nous avons entame la traversee d'une zone de gros grains, avec de la pluie, du vent jusqu'a 30 noeuds et de la mer. Nous sommes au pres depuis le depart, et donc l'allure etait on ne peut plus incomfortable. Cela a dure jusqu'a ce matin vers 10 heures, et depuis, chacun se rattrappe en sommeil.
Pour l'instant il fait beau, nous sommes toujours au pres mais nous marchons entre 6 et 6.5 noeuds, sans assez d'est dans notre nord. Si le temps restait tel qu'il est, et nous savons que cela ne sera pas le cas, nous arriverions aux Acores le 13 Mai au matin.
Sur les cartes meteo, pour l'instant, je vois une grosse flaque de calme plat. Bien sur, nous pouvons faire un peu de moteur, mais dans la limite d'environ 72 heures ou 300 milles.
Affaire a suivre.
Ce soir, corned beef hash avec choux fleur bechamel.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

jeudi 25 avril 2013

Pemiere nuit en mer

Nous avons quitte St Martin ce matin vers 10 heures dans des conditions meteo presque parfaites pour une premiere nuit en mer. De 10 a 15 noeuds de vent, au pres avec une mer peu agitee sur une longue houle d'est.
Ce soir, Karen nous a prepare steaks et choux de bruxelles que nous avons deguste dans le cockpit apres le Ricard de 6 heures et demi.
Cet apres midi, gros probleme informatique, de nouveau, avec un telephone satellite qui refusait de se connecter. J;aie bidouille, trifouille, essaye un peu tout ce qui me venait a l'esprit sans trop savoir ce que je faisais, et finalement j'aie eu la chance de resoudre le probleme ce qui me permet de faire cette entree dans le blog..
On y verra plus clair demain matin.


----
This e-mail was delivered via satellite phone using GMN's XGate software.
Please be kind and keep your replies short.

St Martin et Sain Maarten

Fin d'une escale sans doute la plus longue que nous ayions faite dans les iles depuis les Bahamas, mais aussi sans doute celle dont il y a le moins a dire.
Ce n'est pas une belle ile et il n'y a pas grand chose a visiter. Mais c'est sans conteste une ile tres adaptee aux besoins des bateaux en partance vers l'europe.
C'est egalement une ile ou il faut se mefier des differents fournisseurs de service. Notre congelateur est tombe en panne et losque le specialiste en refrigeration est arrive, je lui aie indique que l'on m'avait dit qu'un compresseur tombait rarement en panne et que j'avais un module de controle en reserve sur le bateau. Mais tout est tombe dans l'oreille d'un sourd qui avait sans doute besoin de vendre un compresseur.
Conclusion de l'histoire, alors qu'il suffisait de remplacer le module de controle, que j'avais a bord, ce qui aurait pris 10 minutes, ils ont change le compresseur, puis le module, tout cela en plus de deux heures, ce qui m'a coute 618 dollars. La compagnie s'appelle Ener-Tech, et si vous allez a St Martin et que vous avez des problemes de refrigeration, ne les appelez pas.
A part cela, le bateau est pret et nous avons visite tout ce qui est a visiter a St Martin. Nous avons fait le tour de quelques restaurants (il y en a trop pour tous les faire), visite quelques plages et fait les provisions.
Il faut savoir que a St Martin (et St Maarten), il faut bien verifier les prix et les disponibilites, selon que vous etes cote francais ou cote hollandais. Par exemple pour le diesel, le cote francais vous coutera 1.34 euros du litre (1.40 a la marina), alors que du cote hollandais, c'est 95 centimes d'euro du litre. Grosse difference !
Pour la nourriture, dans l'ensemble, mieux vaut aller du cote francais. Et pour les restaurants, le meilleur rapport qualite prix serait a Simpson Bay,  cote hollandais.
Nous  partons ce matin, Jeudi 25 Avril, avec pour l'instant en perspecttive plutot beaucoup de petit temps. Esperons que nous aurons quand meme assez de vent.
A bientot

vendredi 19 avril 2013

Barbuda, St Bart et St Martin


Seulement 34 milles entre Jolly Harbour marina et Barbuda, ou nous arrivons un peu avant 4 heures. Le mouillage est parfait (attention, il faut mouiller au sud de Barbuda, non sur la cote ouest). Nous ne sommes que cinq bateaux, l'eau est calme et nous sommes devant une plage magnifique.
Dans la soiree, le cata qui se trouve a cote de nous vient nous chercher pour l'aperitif et nous passons un debut de soiree tres agreable avec Brigitte et Jean-Paul (je ne suis pas certain du nom). Ensuite diner a bord et au lit de bonne heure car nous avons prevu de partir tres tot pour couvrir les 60 milles entre Barbuda et St Bart.
L'arrivee a St Bart est aussi stressante que l'arrivee a St Thomas. Trop de bateaux, et surtout un joyeux melange de corps morts et de bateaux a l'ancre. Tres mauvaise combinaison. Je finis par trouver une place en laissant tomber mon ancre juste a cote d'un corps prive non occupe.
St Barthelemy est en pleine effervescence a cause de l'evenement "les voiles de St Bart", et nous sommes entoures par une multitude de voiliers magnifiques, que nous verrons partir en regate le lendemain. C'est tellement beau que nous n'avons meme pas pris une photo tant nous etions absorbes a admirer ces superbes engins.
En repartant le lendemain matin, je remonte sur mon ancre environ 10 metres de cordage sans doute appartenant au corps mort voisin. Heureusement que je ne suis pas accroche dans une chaine ou un cable. Donc depart sans probleme et nous arrivons rapidement a St Martin tout proche. A l'arrivee a la marina Fort Louis, le vent est plutot frais (20 a 25 neuds), mais on nous attribue un poste a quai, a l'entree de la marina donc sans trop de problemes.
Difficile de comprendre les differentes politiques en oeuvre dans la marina, mais nous en ferons notre affaire, sauf pour les douches (1.5 euros pour cinq minutes et pas d'eau chaude) que nous prendrons a bord. Le bateau dans beaucoup avec une houle residuelle qui vient de l'est et qui arrive a rentrer jusqu'a nous. Il nous faudra trois jours pour comprendre comment la WiFi fonctionne (un tichet prepaye pour un temps de 7 jours, une duree illimitee et qui expire le 2 Juillet) et avant que finalement je puisse entrer le code que nous avons obtenu.

mercredi 10 avril 2013

De la Dominique a Antigua


Karen - Mecanisme du moulin

J'aie presque tout zappe, ayant a passer le plus clair de mon temps a essayer de remettre mon ordinateur dans le droit chemin. Pour ceux qui savent, cela veut dire reformatter le disque dur, reinstaller le systeme, puis les differents logiciels, puis les donnees. Heureusement que sur les conseils de mon ami Eric a Montreal, j'avais transfere presque tout ce qui est sur l'ordinateur dans la "dropbox", ce qui fait que je n'aie pratiquement rien perdu d'essentiel.
Mais j'aie perdu une grosse partie du plaisir que je me promettais de prendre a cette remontee (c'est a dire avec le vent) de Martinique a Saint Martin.
Aux Saintes, nous avons eu la grande joie de partager notre escale avec Jean et Christophe. Jean vient de s'acheter au Marin en Martinique un superbe Saintorin de Amel et il etait remonte en Guadeloupe pour faire recertifier sa survie. Nous nous sommes donc rencontres aux Saintes et avons pu passer deux soirees ensemble.
Pour une fois, ce mouillage des Saintes s'est avere tres desagreable avec un fort clapot rentrant du nord, ce qui a rendu les transferts sur l'annexe plutot sportifs.
Statue de Louis Delgres a Deshaies
Apres les Saintes, court trajet vers la marina de Riviere Sens, avec les memes inconvenients bien sur qu'a l'aller. Pas de connection Internet et des sanitaires qui font plus que laisser a desirer. Seul point positif, comme nous n'etions pas en week-end, nous n'avons pas eu droit a la musique a fond jusqu'a 5 heures du matin juste au dessus du bateau.
Apres Riviere Sens, nous sommes montes a Deshaies ou nous avons ete plus qu'agreablement surpris. Tres bon mouillage, de tres bonne tenue et pratiquement sans clapot. Petite ville charmante avec une multitude de restaurants et de boutiques, y compris boutiques de fruits et legumes, qui m'ont permis de faire gouter a Karen les vrais melons.
Apres trois nuits passes a Deshaies, nous montons a Antigua pour y passer cinq jours a la marina de "Jolly Harbour". Formalites de douanes et d'immigration sans problemes grace a "eseaclear", site Internet ou on peut a l'avance enregistrer toutes les donnees qui doivent figurer sur les formulaires. Gros gain de temps.
La marina est moderne et comporte tous les services que l'on peut esperer. Malgre tout, pas trop vivante et plutot haut de gamme en ce qui concerne les bateaux qui sont la. Mais nous avons loue une voiture pour deux jours, et nous avons visite l'essentiel de ce qu'il y a a visiter a Antigua, et surtout le Nelson's Dockyard, charge d'histoire.
Demain matin, depart pour Barbuda ou nous passerons la nuit au mouillage, puis Saint Bart ou nous passerons deux nuits si nous pouvons trouver de la place a la marina.




lundi 1 avril 2013

La Dominique

Traversee super rapide de St Pierre a Roseau. Partis a 7 heures du matin, nous sommes sur corps mort a Roseau avant 1 heure de l'apres midi.
Cette fois ci, nous aurons affaire a Pancho, assiste de Busch, qui nous sera tres utile et tres serviable. Dans l'apres midi, Busch nous emmene au terminal des Ferrrys ou se trouve Douane et Immigration. Formalites un peu archaiques, au papier carbone vieux modele, mais plutot agreable et sans probleme. Nous desirons rester trois jours a Roseau puis passer une nuit a Portsmouth, et nous recevons les documents appropries sans avoir besoin de consulter les autorites.
Le lendemain, nous avons rendez-vous avec Busch  pour visiter les chutes de Trafalgar, le lac "Fresh Water Lake" qui se trouve au dessus des chutes, et le jardin botanique, que je n'avais pas fait l'an dernier lorsque je suis passe avec Patricia, Alice et Olivier.
Nous ferons egalement l'experience de differents restaurants dans Roseau (Evergreen, Le Bistrot, Drop Anchor), tous dans un cadre tres agreable mais Karen commence a se fatiguer d'une nourriture qui est toujours un peu la meme.
Comme nous ne pourrons pas faire le jardin botanique le 27, car Bush doit s'occuper de la logistique pour des funerailles, nous le ferons le 28, avec en prime une visite au dessus de ce jardin botanique, avec une merveilleuse vue sur toute l'agglomeration de Roseau.
Une fois de plus, les routes que nous empruntons avec Bush justifient amplement la reputation de la Dominique comme etant une des plus belles iles de la Caraibe.
Dans l'apres midi du 28, petite balade en ville, verification avec la douane que je peux bien aller a Portsmouth, y passer la nuit et sans avoir a faire d'autres formalites avec la douane de Portsmouth.
Ce soir la, nous dinerons au bord de l'eau, tout pres de Papy Jovial et passerons une soiree tranquille et bien agreable.
Le 29, depart pour Portsmouth qui n'est qu'a 20 milles de la, sous le vent de l'ile, et donc moteur et un tout petit peu de voile. Nous serons a Portsmouth a 11 heures du matin, ce qui nous donne largement le temps de faire "L'Indian River", que j'avais egalement zappe l'an dernier. En fait, c'est une balade qui vaut la peine d'etre faite. Tres beau decor, halte sympathique en haut de la riviere et retour dans un calme que nous apprecions, car il n'y a pas de Paquebot de Croisiere aujourd'hui.
Nous aurons un dejeuner tardif sur la plage et rentrerons au bateau vers les 6 heures de l'apres midi et nous contenterons d'un diner tres leger a bord.
Depart le lendemain matin de bonne heure pour les Saintes.

mercredi 27 mars 2013

La Martinique


Super escale a la Martinique. Cela commence par un diner surprise chez Philippe et Odile, ou nous attendaient Jean-Rene, Michel Charron, Pierre et Dominique, sans oublier Benoit et sa compagne. Fantastique retrouvailles, surtout en ce qui concerne Michel que j'avais connu en 1975 a l'occasion des eliminatoires de la 3/4 ton cup a Kiel en Allemagne et que j'avais souvent revu a l'epoque, puisque nous etions tous les deux des membres du Yacht Club de Granville.
Des notre arrivee, j'avais reussi a trouver une voiture a louer, un peu vieille, mais pour 224 euros pour la semaine, pas de quoi faire la fine bouche.
Nous en profiterons pour visiter l'ile au maximum, y compris la distillerie de rhum de La Mauny, la marina du Marin, qui est devenue monstrueuse, la cote est, la Montagne Pelee puis St Pierre. C'est une ile vraiment magnifique du point de vue des paysages, et nous nous sommes laisses d'autres paysages a decouvrir, notamment la fameuse "Route de la Trace".
Jeudi, je recois un message de mon fils me signalant que Christian et Suzanne, de tres proches amis de tres longue date (depuis les annees 60) sont en vacances a la Residence de la marina Pointe du Bout, donc tout a cote de Papy Jovial. Contact pris, nous passerons de tres bons moments ensemble, notamment un dejeuner "Chez Gracieuse" qui vaut le detour.
Nous n'aurons passe qu'une semaine en Martinique, mais nous avons passe des moments merveilleux et nous reviendrons. En fait, pour l'instant, c'est un des rares endroits ou je me verrai bien m'installer, si l'envie me prend un jour d'arreter de bouger.
L'etape suivante sera l'ile de la Dominique, que je connais deja pour son incroyable beaute.

samedi 23 mars 2013

Montserrat, Guadeloupe et Dominique


Nous sommes donc repartis de Port Zante marina le 13 Mars a 7 heures. Contents d'avoir fait cette escale, mais a moins d'une raison importante, je ne crois pas que nous y reviendrons. Nous avons vu ce qu'il y avait a voire. Comme j'essaie d'eviter les mavigations de nuit, nous  avons decide de n'aller que jusqu'a Montserrat et d'y mouiller pour la nuit. Mais arrives a Little Bay, dans le Nord de l'ile, force est de constater que la forte houle de Nord rendrait le mouillage non seulement tres incomfortable mais egalement dangereux. Nous decidons donc de continuer vers le sud et de mouiller devant la capitale detruite de Plymouth si les fumees qui descendent du volcan ne genent pas. Nous ignorons que la zone est toujours sous quarantaine et nous mouillons par 30 pieds de fond, juste devant Plymouth. Un voilier venu du Sud nous rejoindra quelques instants plus tard.
Redonda
Ce paysage de destruction, ce silence, l'absence totale de vie, font que l'atmosphere est tres etrange. Je passerai la nuit a faire des cauchemards de mouillage qui derape et de pirates qui nous attaquent, profitant de ce que cet endroit est completement desert, si ce n'est l'autre voilier. En fait, rien ne se passera de facheux et nous pourrons repartir tot le lendemain matin vers les 6 heures.
En partant, nous verrons sur la couche de cendres qui recouvre Plymouth un boeuf ou un taureau, tout seul, se baladant dans la zone. Etrange !
Nous arriverons a la marina Riviere Sens vers les 13 heures, disposes a passer plusieurs jours en Guadeloupe si cela nous plait. Cela ne sera pas le cas. Problemes d'electricite et de branchement d'eau (je suis equipe pour transformer le 220 en 110, mais cela n'a pas servi depuis mon tour du monde, et j'aie du refaire toutes les connections), pas d'internet, pas de voiture de location, et des sanitaires pas vraiment utilisables.
Un grand point positif malgre tout. On fait les formalites de douanes et d'immigration soi meme sur un ordinateur se trouvant dans un restaurant de la marina. Le personnel de ce restaurant est d'une tres grande gentillesse et nous finirons par louer la voiture personnelle du serveur !
Le lendemain donc, balade en voiture pour faire le tour de la Basse-Terre, boire un verre a la Route du Rhum a Pointe a Pitre, rentrer a la marina et diner. Le  lendemain, nous referons un petit  tour, cette fois ci a Vieux Fort avant de rentrer et de rendre la voiture. L'apres midi, petits travaux sur le bateau, quelques courses et lavage de linge.
Ruins of Plymouth
Nous repartons le 17 vers les 6 heures, direction la Dominique. Encore une fois, du bon vent pour traverser le canal des Saintes et le canal de la Dominique et nous prendrons un mouillage a Roseaux, la capitale de la Dominique vers 2 heures. Apres midi tranquille, pour constater qu'il y a une forte connection internet avec "HotHotHotSpot" pour 10 dollars par jour, et que le mouillage est de 15 dollars par jour. Tres raisonnable.
Nous repartons le lendemain matin vers les 6 heures, et cette fois, pas de temps  a perdre car Philippe nous attend pour diner le Lundi soir. Nous utiliserons donc le moteur pendant pres de 7 heures pour arriver a la Pointe du Bout a 2h30 de l'apres midi.

Remontee sur St Kitts

Je dis bien remontee, car tant que vous avez a faire de l'est, le risque d'avoir a faire du pres serre est constant. En fait, nous avons eu beaucoup de chance, et nous avons pu descendre sur St Kitts (descendre en latitude) avec vent de travers, et etant parti de West End a 11 heures le 10 Mars, nous sommes arrives a Port Zante marina, a Basse Terre (de St Kitts) a midi, ayant couvert les 142 milles en 25 heures. Rien a redire.
St Kitts, comme Tortola, malheureusement se distingue par des formalites d'accueil deplorables. La douane tient a vous faire sentir qu'ils ont plein pouvoir sur vous et c'est en general un moment plutot desagreable a passer. Meme chose pour le depart.
Mais nous avons l'intention de profiter de l'escale et dans l'apres midi, je reserve un taxi pour le lendemain pour faire le tour de l'ile. Ce soir, diner en ville agreable mais sans plus.
Le  lendemain matin, nous  partons vers dix heures en taxi pour visiter les sites les plus interessants. Une ancienne sucrerie, un enorme fort dominant la Caraibe et destine a proteger les anglais des attaquants francais (ou vice versa, regardez l'histoire, moi je ne m'en souviens plus). Ensuite une fabrique de batik dans une tres jolie plantation. Un site de roches noires, car cette ile, comme beaucoup d'autres est volcanique. Puis retour par la cote est, tres differente de la cote ouest, plus plate et avec pas mal d'agriculture.
Le soir nous ferons un tour dans la ville, avant d'aller diner dans un autre restaurant de la ville, ni plus ni moins fantastique que celui de la veille. Par contre, a St Kitts, tous les restaurants que nous avons vu sont a l'etage, ce qui permet une vue sur la ville agreable et sans risques.
Nous repartirons le lendemain matin a 7 heures pour un mouillage a Montserrat, dont la partie sud fut detruite en 1996 par le volcan de la Soufriere et la population evacuee. Avant l'eruption, il y avait 12,000 habitants sur l'ile, seulement 5,000 sont revenus.